Projet

Général

Profil

DEBAT : L'ACQUISITION DES CONNAISSANCES CHEZ L'ENFANT

L'acquisistion des connaissances chez l'enfant est tout particulièrement intéressant pour notre projet parce qu'en même temps que l'enfant apprend son cerveau continue à se former, à se structurer ce qui implique très certainement que c'est également à cet age que les zones du cerveau se spécialisent plus fortement.

LES DIFFERENTES PHASES DE L'APPRENTISSAGE ?

Selon Jean Piaget, il existe plusieurs stades d'apprentissage chez l'enfant qui sont :

- De 0 à 3 mois : premières réactions à des signaux (bruit, lumière etc..), réactions circulaires
- De 8 à 12 mois : tâtonnements à la recherche de moyens nouveaux de reconnaissance et d’expression
- De 2 à 4 ans : apparition du langage et du jeu symbolique (intériorisation des schémas d’action et des fonctions imaginaires)
- 10 ans : opérations intellectuelles concrètes : l’enfant est capable de raisonner et d’établir des liens avec ce qu’il ressent sur le plan affectif
- 14 ans: capacités d’abstraction à partir desquelles , un raisonnement et les opérations logiques sont construites.

Cette approche est controversée par de nombreux scientifiques et notamment Lev Vygotsky pour qui l'enfant est un petit "apprenti" et qui est affecté par la culture dans laquelle il baigne. Comment pourrait-il en être autrement ? L'être humain est d'abord un être d'une très grande adaptabilité, c'est ce qui lui a permis de survivre alors qu'il était certaiement l'animal le plus vulnérable.

Cette approche est controversée par de nombreux scientifiques et notamment Lev Vygotsky pour qui l'enfant est un petit "apprenti" et qui est affecté par la culture dans laquelle il baigne. Comment pourrait-il en être autrement ? L'être humain est d'abord un être d'une très grande adaptabilité, c'est ce qui lui a permis de survivre alors qu'il était certaiement l'animal le plus vulnérable.

Il explique en complément qu'il existe trois niveaux de capacité :
- 1 - Ce que l'enfant est capable de faire seul,
- 2 - Ce que l'enfant est en mesure de faire mais n'est pas encore capable de le faire (zone de développement proximal),
- 3 - Ce que l'enfant n'est pas capable de faire sans l'aide d'un adulte (enseignant, parent, etc...)

Mais selon moi, elles ne sont pas opposées ni contradictoires. Simplement l'attention portée par l'enfant à ces différents stades ne sera pas le même. C'est également la raison pour laquelle les coachs (enseignant, parent, etc. ) sont importants car ils permettent d'attirer l'attention de l'enfant non pas sur son besoin du moment mais sur un autre point que l'enfant n'aurait peut-être même pas vu. Cet adulte ne doit cependant ne pas occulter le besoin du moment de l'enfant.

Pour aller plus loin, on peut aller sur le site : http://lecerveau.mcgill.ca/flash/i/i_09/i_09_p/i_09_p_dev/i_09_p_dev.html

COMMENT APPREND-IL ?

Pour moi, il existe deux périodes importantes. La période où le cerveau n'est pas encore figé dans sa structure, ni dans son organisation donc c'est une période où doivent avoir lieu un maximum de solicitation des sens de l'enfant (auditive, visuelle, gustative, kinestésique, tactile, olfactive, etc.) et doivent avoir un sens pour son devenir d'adulte. C'est cette période où les liaisons entre les neurones vont se créer, on sait depuis longtemps que ces le nombre de ces liaisons qui fait qu'une personne est intelligente ou pas. Il faut donc permettre au cerveau d'en fabriquer un maximum. Cette première période, permet à l'enfant de répondre aux stimulis sonores (à condition que le bébé ne soit pas sourd, on s'aperçoit que les déficients auditifs présentent des signes de développement intellectuels retardés)

La seconde période est la période qui suit, la structure du cerveau est modelée. Il faut donc éviter aux liaisons fabriquée lors du stade précédent de mourir car on sait que des synapses qui ne sont pas utilisés se détruisent. Pour cela, il faut non seulement une hygiène de vie mais également un entrainement quotidien du cerveau comme on le fait pour le corps. Les exercices doivent être le plus variés possibles. O, s'est aperçu également que pratiquer un instrument de musique favorisait les aptitudes intellectuelles, tout comme le sport.

C'est lors des cette seconde période et grâce au langage que vont se développer les capacités d'apprendre. On aurait pu croire que c'est par la vue que l'on est capable d'apprendre, il n'en est rien même pour les personnes avec un mémoire visuelle. On apprend grâce au langage et c'est le fait de prononcer les mots à l'intérieur de notre tête qui nous permet de réfléchir (combien d'entre-nous se sont surpris à penser à voie haute !). Nous associons image et son. Puis lorsque nous aurons appris à lire nous associerons image, son et écriture. Et ce n'est pas parce que nous ne savons pas lire ou écrire que nous ne sommes pas intelligents. Le problème devient alors un problème d'accès à l'information. Beaucoup de sociétés humaines on su maintenir leur savoir grâce aux conteurs, aux sages, aux vieux, aux maitres, etc.

Le cerveau construit ses connaissances sur les bases de ce qu'il connait déjà et de ce qu'il est déjà en mesure de réaliser. Puis il ajoute se qu'il apprend à ses connaissances et ainsi de suite. Le cerveau structure ces données, les organisent, les corrèlent notamment lors des phases de repos (sieste, sommeil), c'est ces traiements qui nous font rêver. Ces rêves qui nous semblent parfois n'avoir aucun sens.

POURQUOI APPREND-IL ?

Pour la satisfaction de ses besoins, de ses envies, de ses plaisirs, de la reconnaissance de son entourage (immédiat et extérieur) et l'évitement de choses déplaisantes (douleurs, souffrances, manques, exclusions). Parce que c'est exactement ce qui lui permettra de survivre, de grandir, de se développer jusqu'à être capable de trouver une compagne, de se reproduire et d'évoluer dans sa société.

Bien entendu, cet élément n'est qu'une première partie. Dans beaucoup de civilisation, cela va beaucoup plus loin. L'homme appartenant à une société organisée acquière lors de sa naissance des obligations envers celle-ci. Pour les honorer, il doit donc apprendre auprès de sages, de vieux, de maitres, de professeurs, d'enseignants. Sa motivation dans ce cas précis est de modifier son statut social et avec cela son niveau de vie de façon à avoir un certain confort, un certain prestige. Lui permettre de devenir en quelques sortes, un dominant ou une dominante dans la société dans laquelle, il vit.

Et donc attirer des personnes de la classe sociale supérieure et ainsi améliorer les conditions de vie de ses propres enfants. Avec pour implication directe de protéger sa filiation et donner une plus grande chance de développement de sa lignée.